Mot de bienvenue du Père Alain Ransay, curé de la Paroisse du Coeur Immaculé de Marie de Bellevue.

Chers paroissiens,

Voici une nouvelle année liturgique. C'est l'année C. Elle verra l'introduction de la nouvelle traduction du Missel Romain. J'ai bien dit : "nouvelle traduction" et non "nouveau missel". Certains croient "qu'on a encore changé la religion". Ce n'est pas le cas, c'est même le contraire. La nouvelle traduction se veut plus proche du texte latin et exclue toute interprétation poétique. Cela avait déjà été le cas pour les anglophones et pour les mêmes raisons il y a une dizaine d'année. Il faut ajouter que cette traduction a été supervisée par une martiniquaise spécialiste de la liturgie : Bernadette Mélois.

Cela va se traduire par quelques "nouveautés" pour les fidèles ; par exemple pour le "Je confesse à Dieu", on dira : "je reconnais devant vous, frères et soeurs, que j'ai péché" au lieu de "je reconnais devant mes frères que j'ai péché" et un peu plus loin on a ": C’est pourquoi je supplie la bienheureuse Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi, frères et sœurs, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu."

Pour le Gloria, le changement est minime au lieu de dire "Toi qui enlève le péché du monde" on dira "les péchés" :

"Toi qui enlèves les péchés du monde, prends pitié de nous ;Toi qui enlèves les péchés du monde, reçois notre prière "

Pour le credo on dira "consubstantiel au Père" au lieu de "de même nature que le Père" en latin on a "consubstantialem Patri". On voit bien qu'on n'a pas changé la religion....
Le plus difficile sera au moment de la prière sur les offrandes : le prêtre disait : "Frères prions ensemble, au moment d'offrir le sacrifice de toute l'Eglise" et le Peuple répondait : "Pour la gloire de Dieu et le salut du monde". On aura, au lieu de cela, "Priez, frères et sœurs : Que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, soit agréable à Dieu le Père tout-puissant." et la réponse du Peuple :

"Que le Seigneur reçoive de vos mains ce sacrifice à la louange et à la gloire de son nom, pour notre bien et celui de toute l’Église.

Là c'est du lourd. Il faudra s'y habituer...

Le reste des changements sera surtout du côté du prêtre.

Bonne année liturgique à tous !!!

P. Alain